Les aspects sanitaires

Si la finalité du projet Biovalsan est de produire de l'énergie et du CO2 biogénique, le volet sanitaire représente pour sa part un aspect essentiel du point de vue de la validation du procédé d'épuration.

L'enjeu est de s'assurer de la conformité du biométhane et du bioCO2, issus de la conversion du biogaz, et de la constance de leur qualité dans le temps.

Ce que Biovalsan veut démontrer

Le biogaz issu de la fermentation des boues de stations d'épurations présente la particularité d'être le produit d'un procédé de traitement intégrant une grande variété d'intrants. De plus, la composition des effluents traités au sein d'une station d'épuration de grande capacité est soumise à de fréquentes variations que le procédé doit être en mesure de compenser.

Outre les constituants principaux que sont le méthane (60 à 65%) et le CO2 (35 à 40%), le biogaz peut contenir des quantités variables d'eau (H2O), d'azote (N2), d'hydrogène sulfuré (H2S), d'oxygène (O2), de composés aromatiques, de composés organo-halogénés (chlore et fluor) et de métaux lourds, pour la plupart à l'état de traces.

L'enjeu, pour le procédé de purification qui transformera le biogaz en biométhane, est donc de démontrer, sur la base de mesures et d'analyses réalisées selon un protocole validé par un comité d'experts européens dans le domaine du biogaz, que le biométhane produit à partir du biogaz issu de la fermentation des boues de station d'épuration ne présente aucun risque sanitaire, qu'il soit de nature chimique ou biologique.

Les laboratoires SGS et Eurofins-IPL Est, partenaires du projet

Améliorer la connaissance des propriétés et caractéristiques physico-chimiques du biométhane produit à partir d'eaux usées constitue un enjeu central du projet Biovalsan.

Deux laboratoires de référence, reconnus pour leur expertise dans le recueil, l'échantillonnage et l'analyse de données chimiques et microbiologiques, se sont associés au projet :

  • SGS, en charge des analyses physico-chimiques qui permettront de qualifier le biométhane et bioCO2 au regard des spécifications du distributeur et des textes réglementaires en vigueur, et de statuer sur le risque sanitaire de nature chimique.
  • Eurofins-IPL Est, dont la mission est de mener les analyses microbiologiques qui permettront de statuer sur le risque sanitaire de nature biologique.

suez-environnement newRéseau GDSlogoeurofinslogo sgs